Les  relations Homme – Nature

Quelle prise en compte de la biodiversité…?

 

Coordinateur scientifique : Tatoni Thierry
Personnes impliquées : Pr Frédérique Médail, Léïta Tschanz (doctorante) ainsi que de 
nombreuses personnes ressources IMBE

 

Approche

Le sous projet de l’IMBE, s’inscrit dans le cadre conceptuel de l’écologie globale et propose d’investiguer les relations Homme – Nature sur le littoral méditerranéen, en focalisant sur l’efficience d’une ruralité marine dans des contextes socio-écologiques apparemment opposés : les grandes villes et les petites îles. La question globale du projet interroge la place des particularités écologiques du littoral dans le fonctionnement du système socio-écologique du pourtour Méditerranéen. Nous chercherons à déceler les relations Homme – Nature et questionnerons la prise en compte de la biodiversité dans le quotidien mais aussi dans les projets d’avenir.

Via cette interrogation sera étudié globalement l’interface terre-mer à travers les acteurs, les représentations sociales du patrimoine naturel et des particularités écologiques du littoral méditerranéen, la notion de ruralité marine et finalement les perspectives d’avenir du littoral méditerranéen, ainsi que les possibilités d’asseoir un développement durable particulièrement adapté au biome méditerranéen.

NB : A ce stade de notre réflexion, La ruralité marine peut être considérée comme une nouvelle notion qui fait référence à tout un lot d’activités humaines, plutôt « traditionnelles » autour de l’utilisation de manière extensive des ressources marines littorales, comme par exemple la pêche au petit métier (avec l’ensemble des pratiques qui y sont liées : entretien des filets, réfection des bateaux, etc…), mais aussi les petits élevages aquacoles ou même les petits commerces et aménagements touristiques légers, de proximité, caractéristiques des zones littorales.


Actions

  • Sondages : Les sondages sont réalisés à l’aide d’un questionnaire orienté sur la place de l’Homme / biodiversité, mais abordée sous l’angle des usages, des ressources naturelles, de la sensibilité à la protection de la nature, des grands enjeux environnementaux … sans souci d’exhaustivité, ni forcément de représentativité. Ils seront réalisés sur toutes les escales focaliseront sur le rapport aux ressources / à la consommation / les attitudes / relations au littoral et plus largement à la nature. Indirectement ils permettront d’identifier s’il existe des préoccupations vis-à-vis de la ruralité marine et du changement climatique.
  • Atelier de travail – réflexion collective : L’atelier de réflexion participative permettant de bien cerner les enjeux, les actions et les attentes sur chaque site investigué. Quatre à huit personnes seront invitées sur une journée et sur six escales présélectionnées afin de réaliser un diagnostic des éléments naturels avec une attention particulière portée sur les impacts des usages et la demande sociétale en terme de services écosystémiques.

Organisation

1ère année Marseille – Sicile :

  • Sondages rapides à toutes les escales
  • Ateliers réflexifs :
  • 2 grandes villes (Marseille et Naples)
  • 2 archipels (Provence et Iles Pontines)
  • 2 villes moyennes (Bastia et La Valette)

Plusieurs mois avant l’odyssée : Regroupement des données, identification des personnes ressources locales, synthèse a priori des enjeux socio-écologiques.

Jour 1

  • Réalisation des premiers sondages autour du quai dès l’arrivée, idéalement, du matin au soir pour recouper les différents usagers
  • Préparation de l’atelier de travail : vérification de la préparation des participants + si besoin rencontre avec les animateurs et/ou observateurs locaux afin de discuter du déroulement de l’atelier de travail, des techniques d’animation du groupe, des thématiques et enjeux de l’évaluation

Jour 2

  • Atelier de travail sur toute la journée.

Si possibilité Jours 3-4-5

  • Sondages supplémentaires et/ou atelier de travail n°2

Résultats

Cette étude prendra tout son sens lorsqu’on aura la totalité des analyses, au terme des trois années. Celles-ci concerneront plusieurs niveaux : le site, la région, le pays, la zone du bassin méditerranéen et plus largement l’ensemble du littoral Méditerranéen.

Contribution IMBE au projet :

  • Implication dans le comité de pilotage + frais de réunions et d’hébergement
  • Participation des personnels IMBE

Les livrables :

  • Publications scientifiques, conférences, tables rondes, création d’un colloque au bout des 3 ans d’expédition….
  • Ouvrage de synthèse
  • Soirée conférence débat à Bastia : Quels outils et quelles orientations pour garantir la protection de la biodiversité et la durabilité des systèmes insulaires en méditerranée ?
  • Conférences introductives à la soirée : Iles et biodiversité (terrestre et marine) ; Biodiversité et usages (considérations socio-économiques)

Laissez un commentaire