Ecocean en mission avec Sillage

Classé dans : Sciences | 0

Un article d’Amélie Fontcuberta.

L’installation d’habitats artificiels en zones marines aménagées (Biohut), et la capture et l’élevage de post-larves de poissons (technique de la PCC : Post-larves Capture & Culture), sont les deux principaux corps de métiers de la société Ecocean. Travaillant avec des partenaires techniques et scientifiques, Ecocean cherche à améliorer jours après jours ses connaissances sur la thématique de la dispersion larvaire et du recrutement ichtyologique (arrivée des post-larves de poisson à la côte). Les questions comme : « D’où viennent les mérous qui reviennent à la côte ? », « Quelles espèces pondent, où, et à quel moment ? », ou, d’un point de vue plus technique, « A-t-on développé un engin de pêche universel et adapté à tous les milieux et toutes conditions ? », animent et font avancer l’équipe d’Ecocean.
C’est ainsi l’occasion pour Amélie de participer à la mission SILLAGE avec l’objectif de tester les techniques de capture d’Ecocean en condition embarquée, et d’acquérir des nouvelles données post-larvaires dans une zone géographique encore peu étudiée. Au cours de cette expédition, les « CARE » d’Ecocean, engins de pêche lumineux spécifiques, sont donc utilisés pour capturer des post-larves et ainsi collecter des informations sur le recrutement ichtyologique dans la zone. Après chaque nuit de pêche, les post-larves capturées sont identifiées, mesurées, photographiées et comptabilisées avant d’être remises en mer. En parallèle de ces captures, des suivis à la côte sont réalisés par des observations en apnée, toujours par identification et comptage des post-larves installées le long des petits fonds côtiers rencontrés.
Outre la récolte de données scientifiques et écologiques, la mission SILLAGE est également une belle opportunité pour Ecocean s’approfondir ses connaissances sur les techniques de pêche pratiquées en Méditerranée et, ainsi, d’aller à la rencontre de ceux que nous souhaitons encourager et protéger : les pêcheurs de petits métiers.

Laissez un commentaire